Le Mémorial de la Grande Guerre se trouvant dans l’église

IMG_2278La commune de Pessan a la particularité de posséder deux lieux de mémoire consacrés aux morts de la Grande Guerre. Le premier, situé au cœur du village, est le monument aux Morts qui rappelle aussi, bien entendu, le souvenir d’un soldat mort en 1870 et de deux autres tombés au cours de la guerre 1939-1945. Il est l’œuvre du sculpteur Antoine Burlange (1872-1951), originaire de Villeneuve-sur-Lot.
L’autre Mémorial est situé à l’intérieur de l’église, sur le mur gauche de la nef. Son auteur m’est inconnu. C’est une plaque de marbre surmontée d’un fronton et encadrée par deux colonnes. Elle montre, écrits en lettres dorées, vingt noms de soldats parmi lesquels cinq sont déclarés « disparus » : Molas, Fourmigué, Pomadé, de Brux, Calac, Saint-Martin, Laborde, Saint-Antonin, Cartié, Laurent, Castéran, Sabathier, Salles, Flambeau, de Battisti, Bacon, Pellefigue, Lasguignes, Gay, Barbé.
De part et d’autre de cette plaque, deux plaques plus petites et rigoureusement symétriques exposent leurs photographies. Chacune réunit dix photos sous verre, huit ovales et deux rectangulaires.
Les deux Mémoriaux sont incomplets. Sur le Monument du village manquent les noms de Dubon et de Jouvain. Sur celui de l’église, ces deux noms manquent aussi, ainsi que ceux de Bouzigues, Cabiran, Cazes, Fréchou et Philip. Pourquoi ces sept noms ont-ils été oubliés ? On pourrait penser à une sorte de discrimination à l’égard de ceux qui ne seraient pas nés à Pessan ou dans le Gers. Ce n’est pas le cas puisque six d’entre eux sont Gersois (et parmi eux, se trouvent trois Pessanais). La liste de l’église a dû être dressée et gravée avant celle du Monument du village, à une époque où tous les morts n’avaient pas encore été recensés.
Je n’ai pas trouvé à la mairie de documents relatifs à ces deux monuments. Aux Archives départementales, une courte note manuscrite indique que le Monument du village a été inauguré le 23 mai 1923 par le Préfet du Gers. Il y a tout lieu de penser que le Mémorial de l’église est antérieur à cette date.
Ce Mémorial installé à l’intérieur de l’église serait un cas unique dans le Gers (on me l’a dit, mais pour vérifier ce propos, il serait nécessaire de visiter les églises des 462 communes du Gers)… En tout cas, qu’il soit unique ou seulement rare, ce Mémorial photographique est remarquable, tant par sa force émotionnelle que par son originalité.

Hervé Alvado

P.S. Ce mémorial a été labellisé par la « Mission du centenaire 14 – 18 » et va faire l’objet d’une restauration dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *